Électricité verte

L’électricité verte,

c’est quoi ?

Une énergie 100% renouvelable d’ici 2050, tel est le défi que nous devons relever pour éviter que le changement climatique ne devienne incontrôlable. Mais qu’entend-on exactement par énergie renouvelable et notamment, électricité verte ?

Selon la définition classique, l’électricité verte est l’électricité produite à partir de sources d’énergie renouvelables, ce qui exclut la production d’électricité à partir de combustibles fossiles et l’énergie nucléaire.

  • L’énergie éolienne : l’énergie éolienne terrestre est aujourd’hui déjà la forme d’énergie la moins chère. C’est une technologie idéale pour une production proche du consommateur, par exemple dans des parcs industriels. Le potentiel en mer du Nord (à prendre dans sa globalité et non pas uniquement la côte belge) est presque illimité.

  • L’énergie solaire : il est déjà possible de produire rapidement sa propre énergie à l’aide de quelques panneaux solaires pour l’électricité et d’un chauffe-eau solaire pour l’eau chaude. Super local et bon marché.

  • Cogénération : les centrales modernes produisent simultanément de la chaleur et de l’électricité. Elles améliorent ainsi significativement leur rendement. Le chauffage peut se faire au gaz, avec de la biomasse ou encore à terme, par l’hydrogène produite par les énergies renouvelables.

  • L’énergie hydraulique : la championne de la flexibilité ! L’énergie hydraulique est non seulement rapidement disponible, mais en pompant de l’eau en hauteur à l’aide de surplus d’énergie éolienne ou solaire, elle peut aussi être “stockée” pour une exploitation ultérieure. Les petites centrales hydroélectriques sans danger pour l’environnement sont naturellement plus durables que les méga barrages.

  • La biomasse : les plantes (oléagineuses), le bois, les déchets alimentaires ou agricoles et toutes les formes de matières organiques peuvent être transformés en énergie. Une technologie réglable et alors idéale pour réagir aux fluctuations de la demande en électricité. Mais pour une énergie véritablement durable et pauvre en CO2, l’origine des matières utilisées joue évidemment un grand rôle. Toutes les formes de biomasse ne doivent pas être considérées comme renouvelables.